User Tools

Site Tools


Sidebar

Sidebar

Accueil

Menu Linux

Menu Windows

Menu Android

I. Partie LINUX

  • Préliminaire

Introduction Linux

LiveCD Linux

  • Installation

LiveCD Ubuntu

Installation Ubuntu

Ubuntu sur Netbook

Installation sur support USB

Installation sans CD-ROM

Installations, mise à jour

Réinstallation/Migration version Ubuntu

Applications Ubuntu

Notes

Documentation-Aides

* Aller plus loin

Arborescence Ubuntu

Recherche Ubuntu

Edition Linux

Terminal & Super Utilisateur

Commandes Linux (1)

Commandes Linux (2)

Utilisateurs, groupes, droits

Matériel

Imprimante Linux

Compression-Archivage

Déplacer le /home

Bureau-Gnome

Environnement graphique

  • Réseau

Connexion Linux

Réseau Linux

Routeurs

Paramétrage routeur

Analyse Réseau - Gestion parc

Partages,Transferts

Disque-Réseau

Contrôle à distance

Contrôle à distance Linux

Teamviewer

Serveur

Serveur Linux

OpenVPN

Sécurité Linux

SSH

Authentification

Migration Linux Petite entreprise

  • Utiliser des applications Windows

Virtualisation

Wine: Applications Windows sous Linux

  • Téléphonie VOIP

Asterisk, TrixBox, Elastix

Routeur double Wan

  • Maintenance, dépannage

Sauvegarde

Sauvegarde Linux

Synchronisation Linux

Dépannage Ubuntu

Antivirus Linux

Grub

Grub2

Partitions Linux

Fichier fstab

Récupération de fichiers, partitions

  • BDD

BDD Linux

Access/MySQL

Talend Open Studio

II. Partie commune

Présentation

  • Internet

Navigation Internet

Thunderbird (1)

Thunderbird (2)

Thunderbird (3)

Courrier GMail

  • Création de site

Dokuwiki

Joomla

  • Bureautique

Open Office

  • Graphisme

Picasa

  • Photo

Photo: Théorie

Photo: Pratique

Diaporama, site photos

Retouche: Gimp

  • Téléphone

Téléphonie

  • Multimedia

YouTube

Musique

Télévision

  • BDD

Access/MySQL

III. Partie WINDOWS

  • Préliminaire

Logiciels Windows

Utilitaires Windows

  • Internet

Connexion Internet

Export OutlookExpress

Changement d'ordinateur

Agenda

Blog: Dotclear

Exploration/Dépannage Internet

  • Création de site

Joomla

Dreamweaver

  • Réseau

Partage Connexion

Partage Fichiers

Partage Imprimante

Transfert Fichiers

  • Dépannage

Prévention-dépannage Windows

  • Divers

Anti-virus

Gravure CD

Installation périphérique Windows

Partitions Windows

Organisation disque dur

Sauvegarde-Synchronisation Windows

Putty

Contrôle à distance

Bash Shell

IV. Partie Android

Sidebar

Smartphone

Messages pour le Web

serveur

Serveur

Avant d'installer Ubuntu serveur, quelques informations sont à prendre en compte :

  • Besoins matériels

Le minimum requis pour l'installation est de 256Mo RAM et un espace disque de 2 GO (installation de base) ou 3 Go (installation de toutes les options de tasksel.

L'édition serveur offre un socle pour le support de serveurs applicatifs de toutes sortes. C'est une version minimale de la plate-forme, qui permet d'offrir les services voulus comme le partage de fichiers, le service d'impression, l'hébergement de sites web, le service de messagerie) , etc…

  • Il y a quelques différences entre les deux versions, Serveur et Desktop.

Il est à noter que les deux utilisent les mêmes dépôts APT, ce qui rend aussi facile l'installation d'applications serveurs sur un poste de travail que sur un serveur.

Les différences entre les deux éditions sont l'absence d'environnement graphique X sur la version serveur, le processus d'installation et les options différentes du noyau)..

Installation depuis le CD

Les premières étapes pour installer Ubuntu Serveur depuis le CD d'installation sont les mêmes que pour installer n'importe quel système d'exploitation depuis un CD. A la différence de la version Desktop, la version serveur ne dispose pas d'un programme d'installation graphique. A la place, la version serveur utilise un processus basé sur des choix de menus type console:

  • Tasksel Pendant l'installation, on a la possibilité d'installer des paquets additionnels depuis le CD. Ces paquets sont groupés par type de service :
  • Serveur DNS : sélectionne le serveur DNS BIND et sa documentation,
  • Serveur LAMP : sélectionne un serveur Linux/Apache/MySQL/PHP serveur prêt à l'emploi,
  • Serveur Mail : cette tâche sélectionne une variété de paquet nécessaire pour un serveur de mail générique,
  • Serveur OpenSSH : sélectionne les paquets nécessaires pour un serveur OpenSSH,
  • Serveur d'impression : cette tâche configure le système pour devenir serveur d'impression,
  • Serveur de fichiers Samba : cette tâche configure le système pour devenir un serveur de fichiers Samba, qui convient parfaitement pour un réseau hétérogène Linux-Windows.

Sélection manuelle des paquets : exécute Aptitude, lequel permet une sélection individuelle des paquets. L'installation de ces groupes de paquets est possible grâce à l'utilitaire Tasksel. Une des différences les plus importantes entre Ubuntu (debian) et les autres distributions GNU/Linux est qu'une fois installée, un paquet est déjà configuré avec des options par défauts fonctionnelles, et éventuellement, demande des informations complémentaires. En outre, quand on installe une tâche, les paquets ne sont pas seulement installés, mais aussi configurés de façon à fournir un service totalement fonctionnel.

Une fois le processus d'installation fini, on peut voir une liste des tâches disponibles en tapant cette commande :

tasksel --list-tasks

Mise à jour

Il existe deux commandes pour mettre à jour Ubuntu via la ligne de commande :

sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade

La commande upgrade permet d'installer les versions les plus récentes de tous les paquets de la version d'Ubuntu en cours.

sudo apt-get update && sudo apt-get dist-upgrade

La commande dist-upgrade effectue la fonction upgrade en y ajoutant une gestion intelligente des changements de dépendances dans les nouvelles versions de paquets. Cette commande est recommandée pour les serveurs en production.

Configuration réseau

Ubuntu desktop est livré avec un certain nombre d'utilitaires graphiques pour configurer une interface réseau. Étant en environnement serveur, nous allons nous focaliser sur la configuration du réseau uniquement en ligne de commande.

Interface Ethernet

Les interfaces Ethernet sont identifiées par le système en utilisant par convention le nommage ethX, ou X représente une valeur numérique. La première interface est typiquement identifiée comme eth0, la seconde comme eth1, et les suivantes dans l'ordre numérique.

Les interfaces Ethernet peuvent aussi être identifiée sous la forme p1p5. Si le serveur tourne sur VirtualBox, les interfaces peuvent également être sous la forme enp0sX.

Identifier une interface

Pour rapidement identifier toutes les interfaces Ethernet, von peut utiliser la commande ifconfig :

ifconfig -a | grep eth
eth0    Link encap:Ethernet    HWaddr 00:15:c5:4a:16:5a

Une autre application qui peut aider à identifier toutes les interfaces disponibles sur le système est la commande lshw.

Dans l'exemple ci-dessous, lshw montre une interface Ethernet unique, avec comme nom logique eth0, avec le bus d'information, les détails du driver et toutes les fonctionnalités supportées.

sudo lshw -class network
  *-network
    description: Ethernet interface
    product: BCM4401-B0 100Base-TX
    vendor: Broadcom Corporation
    physical id: 0
    bus info: pci@0000:03:00.0
    logical name: eth0
    version: 02
    serial: 00:15:c5:4a:16:5a
    size: 10MB/s
    capacity: 100MB/s
    width: 32 bits
    clock: 33MHz
    capabilities: (snipped for brevity)
    configuration: (snipped for brevity)
    resources: irq:17 memory:ef9fe000-ef9ffffff

Noms logiques des interfaces Ethernet

Les noms logiques sont configurés dans le fichier /etc/udev/rules.d/70-persistent-net.rules .

Si œon veut contrôler quelle interface reçoit tel nom logique, trouvez la ligne contenant l'adresse physique MAC et modifierla valeur NAME=ethX. Rebooterle système pour valider le changement

Adressage IP

Adressage temporaire

Pour une configuration temporaire, on peut utiliser les commandes standards comme ip, ifconfig, et route, qui fonctionnent également sur les autres systèmes d'exploitations GNU/Linux.

Ces commandes permettent d'appliquer une configuration, qui prend effet immédiatement, bien qu'elle ne soit pas persistente, et qu'elle soit perdue au redémarrage.

Pour configurer temporairement une adresse IP, on peut utiliser la commande ifconfig de cette manière :

sudo ifconfig eth0 192.168.1.1 netmask 255.255.255.0<file>

Pour vérifier la configuration de l'adresse de la carte eth0, réutiliser ifconfig :
<file>ifconfig enp37s0
enp37s0: flags=4163<UP,BROADCAST,RUNNING,MULTICAST>  mtu 1500
        inet 192.168.1.34  netmask 255.255.255.0  broadcast 192.168.1.255
        inet6 fe80::1688:f9ae:7167:378e  prefixlen 64  scopeid 0x20<link>
        inet6 2a01:cb1c:820b:5600:d4ae:2610:8ef0:946  prefixlen 64  scopeid 0x0<global>
        inet6 2a01:cb1c:820b:5600:3720:f395:9749:704d  prefixlen 64  scopeid 0x0<global>
        ether 00:d8:61:35:ed:96  txqueuelen 1000  (Ethernet)
        RX packets 314765  bytes 279692447 (279.6 MB)
        RX errors 0  dropped 1361  overruns 0  frame 0
        TX packets 219780  bytes 35631231 (35.6 MB)
        TX errors 0  dropped 0 overruns 0  carrier 0  collisions 0

Pour configurer une passerelle par défaut, on peut utiliser la commande route :

sudo route add default gw 192.168.1.240 eth0

et pour vérifier la configuration de la passerelle :

route -r

Si on a

iface eth0 inet static
address 192.168.1.1
netmask 255.255.255.0
gateway 192.168.1.240

On peut activer/désactiver l'interface en utilisant les commandes ifup et ifdown comme vu précédemment.

L'interface de Loopback

L'interface de loopback est identifiée par le système comme lo et son adresse IP par défaut est 127.0.0.1. Cela peut être vérifié avec la commande ifconfig :ifconfig lo

lo    Link encap:Local Loopback
      inet addr:127.0.0.1 Mask:255.0.0.0
      inet6 addr: ::1/128 Scope:Host
      UP LOOPBACK RUNNING MTU:16436 Metric:1
      RX packets:2718 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
      TX packets:2718 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
      collisions:0 txqueuelen:0
      RX bytes:183308 (183.3 KB) TX bytes:183308 (183.3 KB)

Par défaut, il doit y avoir deux lignes dans le fichier /etc/network/interfaces qui configure automatiquement l'interface de loopback. Il est recommandé de conserver ces paramètres par défaut à moins d'avoir un but précis de le faire :

auto lo
iface lo inet loopback

Configuration des interfaces Ethernet

ethtool est un programme qui affiche ou change les paramètres des cartes Ethernet, comme l'auto-négociation, la vitesse du port, le mode duplex, et le Wake-on-Lan. Il n'est pas installé par défaut, mais est disponible dans les dépots.

sudo apt-get install ethtool Cet exemple montre comment voir les fonctionnalités supportées et comment configurer une interface Ethernet :

sudo ethtool eth0
  Settings for eth0:
    Supported ports: [ TP ]
    Supported link modes:   10baseT/Half 10baseT/Full
                            100baseT/Half 100baseT/Full
                            1000baseT/Half 1000baseT/Full
    Supports auto-negotiation: Yes
    Advertised link modes:  10baseT/Half 10baseT/Full
                            100baseT/Half 100baseT/Full
                            1000baseT/Half 1000baseT/Full
    Advertised auto-negotiation: Yes
    Speed: 1000Mb/s
    Duplex: Full
    Port: Twisted Pair
    PHYAD: 1
    Transceiver: internal
    Auto-negotiation: on
    Supports Wake-on: g
    Wake-on: d
    Current message level: 0x000000ff (255)
    Link detected: yes

Les changements faits avec ethtool sont temporaires, et seront perdus au démarrage suivant. Si on veut que ces paramètres soit définitifs, ajoutez les commandes ethtool après une instruction pre-up dans le fichier de configuration : /etc/network/interfaces.

L'exemple suivant montre comment une interface identifiée comme eth0 peut être configurée d'une manière permanente avec une vitesse de 1000Mb/s en full duplex :

auto eth0
iface eth0 inet static
pre-up /usr/sbin/ethtool -s eth0 speed 1000 duplex full
serveur.txt · Last modified: 2021/05/11 19:10 by guy