Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Accueil

Menu Linux

Menu Windows

iPhone

Raspberry

I. Partie LINUX

  • Préliminaire

Introduction Linux

LiveCD Linux

  • Installation

LiveCD Ubuntu

Installation Ubuntu

Ubuntu Studio

Cubuntu

Ubuntu-Mate

Ubuntu sur Netbook

Installation sur support USB

Installation sur support USB

Installation sans CD-ROM

Installation Second Ubuntu

Réinstallation sur mono-partition

Installations, mises à jour

Réinstallation/Migration version Ubuntu

Conversion Desktop->Serveur

Applications Ubuntu

Documentation-Aides

  • Aller plus loin

Arborescence Ubuntu

Recherche Ubuntu

Edition Linux

Shell/Terminal/Super Utilisateur

Commandes Linux (1)

Commandes Linux (2)

Utilisateurs, groupes, droits

Imprimante/Scanner Linux

Compression-Archivage

Déplacer le /home

Fusion de deux /homes

Changement d'ordinateur

Bureau-Gnome

Environnement graphique

Imagemagick

Dokuwiki

Second Dokuwiki

  • Réseau

Connexion Linux

Réseau Linux

Partage connexion

Paramétrage routeur

Répéteur Wifi

Analyse Réseau - Gestion parc

Partages Linux

Partage anonyme Samba

Exemple Partage Samba

Fichier partage Samba

Exemple Réseau NFS

Webmin

Usermin

Transferts Linux

Contrôle à distance

Contrôle à distance Linux

Authentification SSH

Ajaxplorer

Analyse Réseau - Gestion parc

Thunderbird sur un réseau

Inventaire informatique

Disque-Réseau

Serveur NAS DNS320

Disque USB

Serveur Linux

Serveur Ubuntu

Changement de serveur

Diffusion Multmedia

Serveur Proxy

Serveur de Proxy

Management serveur HP Proliant G6

OpenVPN

Sécurité Linux

Wake-on-LAN

Migration Linux Petite entreprise

Ubuntu One

  • Courrier

Courrier en Terminal

Hébergement comptes

  • Utiliser des applications Windows ou d'autres OS

Virtualisation (1): VirtualBox

Virtualisation (2): Proxmox

Wine: Applications Windows sous Linux

  • Téléphonie VOIP

Asterisk, TrixBox

Elastix

Routeur double Wan

  • Maintenance, dépannage

Sauvegarde

Sauvegarde Linux(1): Backup-Manager

Sauvegarde Linux(2)

Sauvegarde Partitions

Sauvegarde Nuage

Synchronisation Linux

Automatisation tâches cron

Rsyncd

Dépannage Ubuntu

Antivirus Linux

Spam & Publicité

Grub

Grub2

Grub-rescue

Partitions Linux

Fichier fstab

LVM

RAID

Installation RAID1

Installation RAID sur installation Ubuntu

Récupération de fichiers, partitions

  • BDD

BDD Linux

Access/MySQL

Talend Open Studio

II. Partie commune

Présentation

  • Internet/Réseau

Navigation Internet

Thunderbird (1)

Thunderbird (2)

Thunderbird (3)

Courrier GMail

Jabber

Fonctions Freebox

  • Création de site/blog

Joomla

Blog: Dotclear

Dreamweaver

  • Bureautique

OpenOffice/LibreOffice

  • Graphisme

Picasa

  • Photo

Photo: Théorie

Photo: Pratique

Diaporama, site photos

Retouche: Gimp

  • Gravure

Gravure CD

  • Vidéo

YouTube

  • BDD

BDD Linux

Access/MySQL

Gestion Bibliothèque/Archives

Généalogie

Redmine

III. Partie WINDOWS

  • Préliminaire

Logiciels Windows

Utilitaires Windows

Commandes DOS

  • Internet

Connexion Internet

Export OutlookExpress

Changement d'ordinateur

Agenda

Exploration/Dépannage Internet

  • Réseau

Partage Connexion

Partage Fichiers

Partage Imprimante

Transfert Fichiers

Transfert Windows

Analyse Réseau Windows

  • Dépannage

Prévention-dépannage Windows

  • Divers

Anti-virus

Installation périphérique Windows

Partitions Windows

Organisation disque dur

Sauvegarde-Synchronisation Windows

Putty

Connexion-SSH-Windows

Contrôle à distance

BDD Windows

IV. Divers

Liseuse Kindle

installation_ubuntu

INSTALLATION UBUNTU

1. INSTALLATION EN DUAL BOOT

Pour profiter vraiment d’Ubuntu, il faut passer à l’étape suivante, l’installer sur le disque. Cette installation se fait à partir de l’icône Install du bureau du LiveCD. Il est fortement conseillé de procéder à cette phase après avoir formaté au préalable une partie de son disque à cet effet.

1.1 Partitions

L’installation d’Ubuntu nécessite dans l'ordre suivant:

  • un espace minimum de 8 Go pour la partition du système (partition / dite « root » ou racine). En fait, si on peut attribuer 20 Go, ceci sera apprécié dans le temps avec les installations supplémentaires),
  • si possible, une partition /home pour les données personnelles Linux (taille max, à décider en fonction de l'espace que l'on peut et/ou veut affecter,
  • au moins 256 Mo pour la SWAP (en fait, double de la taille de la RAM installée, max 2 Go).

En cas de double boot avec un Windows, il n’est plus indispensable de créer forcément une partition spécifique Fat32 pour les données que l’on veut pouvoir enregistrer aussi bien sous Linux que sous Windows :

- une clé USB fait parfaitement l’affaire, on peut avoir maintenant 4 Go pour quelques euros,

- à partir d'Ubuntu 7.10, le système sait parfaitement lire et écrire les partitions NTFS (voir ntfs-3g).

Pour créer ces partitions, deux choix sont, en fait, possibles :

  • soit, utiliser sous Windows, quand on en dispose, un outil spécifique (PartitionMagic par exemple) pour réduire la taille d'une partition NTFS comme montré dans le document Partitions Linux et continuer avec Ubuntu pour la création des partitions Linux.
  • soit, au cours de l’installation Ubuntu, procéder à cette étape. C'est à dire, réduire d'abord la taille d'une partition NTFS (après avoir obligatoirement défragmenté une ou deux fois cette partition) puis créer dans la partie libre les partitions racine, pour le/home et la swap.

Pour plus de détails, se reporter au chapitre Partitions-disque ainsi que la page de documentation Ubuntu http://doc.ubuntu-fr.org/tutoriel/partitionner_manuellement_avec_installateur_ubuntu

RAPPEL

* Toujours commencer, avant l'installation, par la création ou l'aménagement des partitions avec Gparted en LiveCD (après réducion éventuelle de la taille d'une partition NTFS).

  • Procéder ensuite à l'installation en cliquant sur l'icône Installer présente sur le bureau du LiveCD.

1.2 Installation

L’installation se déroule de la façon suivante :

  • cliquer sur l’icône Install,
  • choisir la langue pour l’installation (Les menus suivants sont ensuite en Français),

  • choisir ensuite la configuration du clavier,
  • renseigner nom d’utilisateur et mot de passe. Ce mot de passe sera demandé par la suite comme « mot de passe-administrateur » ou « mot de passe-root » pour se connecter ou lancer certaines applications touchant le cœur du système. Ne pas l’oublier.
  • donner son nom complet, son nom d’utilisateur ou login et le nom du PC.

L’étape suivante est celle de la préparation de l’espace disque. L’installeur montre la liste des disques durs avec l’outil Gparted.

Choisir le disque sur lequel installer Ubuntu menu déroulant en haut à droite (ici, /dev/hda qui est le premier des deux disques), et bien noter alors le baptême Linux des partitions destinées à Ubuntu :

  • ici, hda5 au format Ext3 qui sera destinée au root (/),
  • ici, hda6 en Linux-Swap pour la Swap,
  • ici, hda7 en format Ext3 destiné au /home (c'est une option supplémentaire qui se révèle commode, elle est conseillée pour garder ses documents d'une installation à l'autre).

L’écran suivant présente trois options :

  • redimensionner IDE1 maître, partition1 (hda1) …
  • utiliser tout le disque IDE1 maître (hda1) …
  • modifier manuellement la table des partitions.

Pour ne pas risquer d’écraser les partitions Windows et pouvoir, comme recherché, faire cohabiter Windows et Ubuntu (démarrage en double boot), sélectionner Modifier manuellement la table des partitions.

L'écran suivant apparait.

Créer si besoin les partitions nécessaires avec les tailles voulues. Puis, sélectionner les partitions destinées au Linux. Les éditer une par une pour préciser leur point de montage (swap, racine et home), la taille, l'emplacement si ce n'est déjà fait. Cocher la case Formatage pour la seule partition racine.

On vient de voir que la configuration des points de montage se fait dans un écran avec des menus déroulants (ne cocher que les partitions concernées qui seront reformatées :

  • swap ici, partition hda5,
  • / ici, partition hda6.
Pour la partition /home, bien préciser le point de montage et surtout ne pas formater si c'est une réinstallation sur un système existant, donc avec une partition /home existante.

Pour plus de détails sur le partitionnement, se reporter à http://www.breizh-ardente.fr/article/l-installation-v804#step4

On note que la partition NTFS apparaît bien avec le point de montage /media/hda1. Surtout, ne pas cocher la case Formatage.

Passer alors à l’étape suivante.

L’installeur récapitule la liste des changements, dernier point de vérification avant installation définitive. Après dernière vérification, cliquer Installer.

Quand l’installation est terminée, le système propose :

  • soit, de continuer la découverte en LiveCD,
  • soit de redémarrer.

Redémarrer après avoir retiré le CD-ROM.

1.3 Redémarrage

Le système redémarre… Apparaît alors un nouvel écran, le Grub (ou Boot Loader) qui propose de sélectionner le système d’exploitation à démarrer :

  • Ubuntu, Kernel 2.6.20 – 15-386,
  • Ubuntu, Kernel 2.6.20 – 15-386 (recovery mode),
  • Windows XP

Choisir Ubuntu. Quand Ubuntu démarre, l’interface est maintenant d'office en Français.

On voit ici les fonctions ou applications du menu Système/Administration :

- fenêtre de connexion,

- gestionnaire de mise à jour, qui permet de visualiser les mises à jour disponibles,

- gestionnaire de paquets Synaptic, qui permet de chercher, télécharger et installer des logiciels supplémentaires (sous formes de paquets qui sont installés de façon automatique),

- Gparted (outil de partitionnement),

- Impression (gestion, ajout d’imprimante),

- réseau,

- utilisateurs et groupes (gestion des droits),

ainsi que les applications Internet :

- messagerie GAIM ou Pidgin, compatible des autres messageries,

- gFTP, transfert-client FTP,

- Google Earth,

- courrier Evolution. Par contre, il est nécessaire d'installer Thunderbird,

- navigateur Firefox,

- Ekiga, téléphonie-visioconférence.

Naturellement, on dispose, sans rien installer, pour la bureautique de l’incontournable suite OpenOffice qui est identique à sa version Windows.

2. INSTALLATION INITIALE SUR PC NEUF

Si on veut installer un double démarrage Linux/Windows sur une machine neuve sans OS installé (ou sur un disque neuf non formaté), procéder dans l'ordre aux opérations ci-après.

2.1 Préparation initiale

La première chose à faire est le formatage du disque dur:

  • démarrer sur un LiveCD Ubuntu
  • créer deux partitions NTFS (partitions primaires) pour le système Windows (30 Go minimum, avec marqueur Boot) et les donneés Windows (selon préfèrences et taille du DD)
  • créer une partition étendue pour y créer ensuite:
    • le swap (taille identique à la mémoire RAM du PC)
    • la partition racine Linux au format ext3 (10, 20, 30 Go selon taille DD)
    • la partition /home au format ext3 pour les données Linux (taille selon besoin)

2.2 Installation Windows

Commencer ensuite par installer Windows sur la partition NTFS proposée (a priori, /C:) en contrôlant son identification par la taille.

Double avantage: risque de problème difficile à résoudre sur les partitions pour qu'elles soient vues pr l'installeur XP, écrasement du lien au fichier de démarrage Grub permettant le choix Ubuntu/XP.

2.3 Installation Ubuntu

Installer Ubuntu en lui désignant les 3 partitions Linux préparées et en lui laissant reformater la partition-racine.

Explications

  • Sur un disque dur, on ne peut pas créer plus de 4 partitions principales et on se retrouve coincé après la troisième. Il faut donc passer par une partition étendue pour contourner la limitation.
  • L'ordre des opérations est imposé par le fait que toute installation Windows efface le MBR supprimant l'accès au Grub pour le menu de démarrage. Si on ne l'a pas respecté, se reporter au paragraphe |Effacement MBR pour restaurer le Grub
  • Seul Windows est incapable d'accéder aux données écrites sur partitions du système voisin. La partitions DONNEES en format NTFS est réservée aux fichiers que l'on veut pouvoir traiter sous Windows. De son côté, Linux sait lire et écrire sur toutes les partitions.

zsync

zsync est un logiciel de synchronisation de fichiers qui permet de ne télécharger que les parties d'un fichier qui ont changé, ce qui évite le téléchargement d'une copie complète à chaque fois. Ce procédé est proposé sur les sites de téléchargement Ubuntu.

Pour ce faire, vérifier que zsync est installé,

sudo apt install zsync
  • choisir le téléchargement de fichier xxxx-desktop-amd64.iso.zsync ,
  • ouvrir un terminal et se placer dans le répertoire Téléchargements et lancer (pour une installation de Xenial-64 bits
zsync http://cdimage.ubuntu.com/daily-live/current/xenial-desktop-amd64.iso.zsync

Si on lance la commande zsync sans s'être déplacé avant dans le dossier Téléchargements, on retombe sur un téléchargement complet sans mettre à profit la synchronisation

3. APRES INSTALLATION

3.1 Prise en charge des langues

Si malgré avoir choisi la langue française pour l'installation, une partie des menus restent en Franglais, aller dans Système/Administration/Prise en charge linguistique, décocher Anglais et cocher Français. A la rubrique Méthode de saisie, cocher Activer la prise en charge de la saisie de caractères complexes.

3.2 Sources de mise à jour

Après installation, il est nécessaire de définir les sources à partir desquelles seront faites les téléchargements des mises à jour et des paquets supplémentaires à installer. Pour cela, ouvrir Système/Administration/Sources de mise à jour et cocher:

  • dans le premier onglet, toutes les options (décocher le CD-ROM Ubuntu),
  • dans le second Logiciels des tierces parties, les deux sites http://archive.canonical

Cliquer ensuite sur Fermer.

3.3 Mise à jour

  • Effectuer les mises à jour (depuis la création du CD-ROM), par le menu Système/Administration/Gestionnaire de mises à jour. Il est toujours intéressant de disposer des dernières mises à jour. En particulier, la prise en compte des derniers kernels peut amener de nouveaux drivers jusque là manquants.

3.4 Clavier numérique

  • Pour activer le clavier numérique, installer le paquet numlockx:
sudo apt-get install numlockx
  • Ensuite, entrer en ligne de commande:
numlockx on

Pour le désactiver:

numlockx off

Activation sur Ubuntu 11.04

En fait, si on veut le verrouillage dès le démarrage, il faut en plus modifier le fichier /etc/gdm/Init/Default et ajouter en finale, avant exit 0:

 if [ -x /usr/bin/numlockx ]; then
    exec /usr/bin/numlockx on
 fi 

Cette activation du clavier numérique est naturellement exclue sur un serveur, par défaut d'un affichage graphique.

Activation sur Ubuntu 11.10

  • Pour avoir le pavé numérique au démarrage sur Oneiric (Ubuntu 11.10), installer le paquet numlockx puis éditer le fichier /etc/lihgtdm/lightdm.conf :
gksudo gedit /etc/lightdm/lightdm.conf

À la fin du fichier, ajouter la ligne suivante :

greeter-setup-script=/usr/bin/numlockx on

Activation à partir d'Ubuntu 14.04 LTS

  • A partir de Trusty 14.04, il faut modifier le fichier /usr/share/lightdm/lightdm.conf.d/50-unity-greeter.conf pour y ajouter:
greeter-setup-script=/usr/bin/numlockx on

Autre solution

Dans un terminal, entrer

ibus-setup

Dans la fenêtre Préfèrences de IBus qui s'ouvre, aller dans l'onglet Méthode de saisie, vérifier la méthode et aller dans l'onglet Avancé et cocher la case Utiliser la disposition clavier système.

Cette méthode a l'avantage d'être permanente.

Vérification

numlockx status
Numlockx is on

3.5 Paramétres Firefox et Thunderbird

A partir des fichiers exportés de Firefox et de Thunderbird, récupérer

  • les marque-pages,
  • le carnet d'adresses.

Se reporter au chapitre Changement d'ordinateur.

NB Si on choisit le mode IMAP dans Thunderbird au lieu du mode POP, on a à la fois les mails reçus et envoyés encore présents sur le serveur. Pour cela, choisir l'option du courrier visible hors connexion.

3.6 Pilote graphique

Après installation, il est souvent judicieux d'installer le pilote graphique conseillé par Ubuntu. Pour ce faire, à partir d'Ubuntu 14.04, cliquer sur Synaptic/Configuration/Dépôts/Pilotes additionnels.

3.7 Installations complémentaires

Il est bon de compléter l'installation avec les paquets suivants

sudo apt install calibre chromium-browser chromium-browser-l10n cifs-utils cream fail2ban filezilla gdebi gimp gksu gnome-system-tools gparted manpages-fr manpages-fr-extra netdiscover nautilus-dropbox net-tools nfs-common nmap ntfs-config ntpdate numlockx proftpd-basic pwgen shutter smartmontools smbclient ssh synaptic system-config-samba traceroute ubuntu-restricted-extras unattended-upgrades util-linux vim vlc

Pour un serveur, on peut aussi installer backup-manager et rsnapshot:

sudo apt install backup-manager rsnapshot

3.8 Driver Ethernet

En cas de problème de connexion-réseau après installation d'une récente version Ubuntu, il faut utiliser un autre ordinateur pour faire les mises à jour nécessaires. Ceci arrive pour des ordinateurs avec des chipsets trop récents qui n'existaient pas encore à la sortie de la version Ubuntu.

  • Aller sur un ordinateur voisin avec la même version Ubuntu installée et à jour, se placer dans le dossier /var/cache/apt/archives/
cd /var/cache/apt/archives/
  • Rechercher alors les paquets linux-generic_xxx_i386.deb
 ls | grep linux-generic
  • Les copier sur une clé USB
  • Les copier ensuite sur le nouvel ordinateur
  • Se placer dans le répertoire contenant ces paquets transférés et installer un par un les paquets correspondants
sudo dpkg -i linux-generic_xxx_i386.deb
  • Redémarrer en choisissant le bon noyau dans le Grub et vérifier la bonne connexion
ifconfig  # ou nm-tool

Ou

ip route list

Ou maintenant

nmcli con
  • Faire un update-grub avant de redémarrer

3.9 Paquets Snaps

Originellement, Canonical a développé le format de paquetage Snap (aussi appelé Snappy) pour son système d’exploitation destiné aux smartphones. Dorénavant, ce format de paquet sera supporté par les versions LTS à partir de la 16.04.

Pour plus de détails, aller à la page https://laurdbayrone.wordpress.com/

3.10 Imprimantes/Scanners

Ne pas oublier d'installer les imprimantes et scanners locaux pour pouvoir les utiliser.

3.11 A faire après installation 17.10

4. DESINSTALLATION

Le désinstallateur d'OS (OS-Uninstaller en anglais) est un petit outil qui permet de désinstaller proprement et facilement n'importe-quel système d'exploitation (Windows, MacOS, Ubuntu, autre distribution Linux…) de l'ordinateur. Il propose de reformater (ext3 ou NTFS) la partition rendue libre, il met à jour le Grub et le fichier fstab.

Pour l'installer, introduire un ppa spécifique, entrer les commandes suivantes:

sudo add-apt-repository ppa:yannubuntu/boot-repair
sudo apt-get update; sudo apt-get install -y os-uninstaller

Ne pas utiliser OS-Unistaller pour une distribution avec /home intégré à la racine. La partition est totalement supprimée.

L'OS se retrouve dans un dossier deleted_os.

5. DOCUMENTATION

Pour toute question concernant la documentation ou des aides, se reporter au chapitre spécifique Documentation - Aides

5.1 Grub

Pour maîtriser la configuration du Grub (choix au démarrage du système en multi-boot), se reporter au document Grub2.

5.2 Installations et Mises à jour

Les procédures à suivre pour les installations de logiciels et les mises à jour font l’objet d’un document spécifique Installations-Mises à jour.

Les menus en haut des écrans Ubuntu sont les suivants:

  • Applications
    • Accessoires
    • Autre
    • Bureautique
    • Graphisme
    • Internet
    • Jeux
    • Outils Système
    • Son & Vidéo

  • Raccourcis
    • Dossier personnel qui amène aux données /home
    • Bureau qui amène au bureau avec ses icônes
    • Poste de travail qui affiche les différents disques ou périphériques montés avec dans les menus proposés à gauche Système de fichiers donnant l'arborescence des fichiers Linux (/bin, /boot…)
    • Icônes des disques montés
    • Réseau pour accèder aux postes branchés sur le réseau
    • Documents récents (trés commode)

  • Système
    • Préférences pour les réglages courants
    • Administration pour les paramétrages nécesistant les droits d'administrateur
    • A propos d'Ubuntu

Tous ces menus sont modifiables en passant par Système/Préférences/Menu principal

7. Architecture du processeur

Pour connaître l’architecture du processeur, deux solutions:

  • dpkg --print-architecture

La réponse sera de la forme:

amd64  # pour une architecture 64 bits
i386   # pour une architecture 32 bits
  • uname -m

La réponse est soit i386 ou i686 pour une architecture matérielle 32 bits, soit x86_64 ou amd64 pour 64 bits.

8. Versions Ubuntu

Les versions récentes sont:

  • Ubuntu 6.06 LTS, The Dapper Drake (Le Canard Pimpant),
  • Ubuntu 6.10 The Edgy Eft (La Salamandre Énervée),
  • Ubuntu 7.04 The Feisty Fawn (Le Faon Courageux).
  • Ubuntu 7.10 The Gutsy Gibbon (Le Gibbon Fougueux)
  • Ubuntu 8.04 LTS, The Hardy Heron (Le Hardi Héron)
  • Ubuntu 8.10 The Intrepid Ibex (Le Bouquetin Intrépide), publiée depuis le 30 octobre 2008.
  • Ubuntu 9.04 The Jaunty Jackalope, sorti le 23 avril 2009. Ubuntu 9.04 inclut un noyau Linux 2.6.28 gérant le nouveau système de fichiers ext4. Ubuntu 9.04 peut désormais être installé dans une partition formatée en Ext4. Il permet par ailleurs de créer des clés LiveUSB pour les PC sans lecteur CD-ROM.
  • Ubuntu 9.10, The Karmic Koala, sorti le 29 octobre 2009.
  • Ubuntu 10.4 LTS, The Lucid Lynx, sorti le 29 avril 2010
  • Ubuntu 10.10, The Maverick Meerkat, sorti le 10 octobre 2010
  • Ubuntu 11.04, The Natty Narwhal, sorti le 28 Avril
  • Ubuntu 11.10, The Oneiric Ocelot, (l’ocelot onirique), sorti le 13 octobre 2011
  • Ubuntu 12.04 LTS, The Precise Pangolin, sorti le 26 avril 2012 (16 août pour la 12.04.5)
  • Ubuntu 12.10, The Quantal Quetzal, sorti le 18 octobre 2012.
  • Ubuntu 13.04 The Raring Ringtail, sorti le 25 avril 2013.
  • Ubuntu 13.10, The Saucy Salamander (la salamandre délurée), sorti le 25 octobre 2013.
  • Ubuntu 14.04 LTS , the Trusty Thar, le thar sûr sorti le 17 avril 2014, maintenu jusqu'en avril 2019
  • Ubuntu 14.10, The Utopic Unicorn, la licorne utopique, sorti le 27 octobre 2014
  • Ubuntu 15.04, The Vivid Vervet, le vervet vif, sorti le 25 avril 2015.
  • Ubuntu 15.10, The Wily Werewolf, le loup-garou rusé, sorti le 22 octobre 2015.
  • Ubuntu 16.04 LTS, The Xenial Xerus, le xerus hospitalier, sorti le 26 avril 2016, maintenu jusqu'en avril 2021.
  • Ubuntu 16.10, The Yakkety Yak, le yak bavard, sorti le 13 octobre 2016.
  • Ubuntu 17.04, The Zesty Zapus, le zapus plaisant, sorti le 26 avril 2017.
  • Ubuntu 17.10, The Artful Aardvark, l'oryctérope du Cap, sorti le 17 octobre 2017

Nouveauté

  • Jusqu’ici, les versions LTS (Long Time Support) étaient suivies plus longtemps par Canonical, 3 ans au lieu de 18 mois pour les versions intermédiaires.

A partir d’Ubuntu 12.04 LTS, les LTS sont prévues pour 5 ans tandis que les autres versions passeront à 9 mois.

Attention, depuis 13.04, le fichier téléchargé dépasse 800 MB, il faut donc graver un DVD ou créer une LiveUSB.

Les versions LTS (Long Time Support) sont suivies plus longtemps par Ubuntu, 3 ans au lieu de 18 mois pour les autres.

  • Version 17.10

Les changements les plus importants se font du côté de l'environnement par défaut : Unity est abandonné au profit de GNOME Shell, et le protocole d'affichage Wayland sera proposé par défaut sur cette variante principale.

A partir de cette version, Ubuntu ne fournit au téléchargement que des fichiers en 64 bits.

Pour connaître la version actuelle

Deux solutions:

  • Cliquer sur À propos d'Ubuntu, accessible depuis le menu Système
  • Entrer la commander suivante:
~$ lsb_release -a
No LSB modules are available.
Distributor ID:	Ubuntu
Description:	Ubuntu Xenial Xerus (development branch)
Release:	16.04
Codename:	xenial
  • Ou encore
cat /etc/os-release
NAME="Ubuntu"
VERSION="17.04 (Zesty Zapus)"
ID=ubuntu
ID_LIKE=debian
PRETTY_NAME="Ubuntu 17.04"
VERSION_ID="17.04"
HOME_URL="https://www.ubuntu.com/"
SUPPORT_URL="https://help.ubuntu.com/"
BUG_REPORT_URL="https://bugs.launchpad.net/ubuntu/"
PRIVACY_POLICY_URL="https://www.ubuntu.com/legal/terms-and-policies/privacy-policy"
VERSION_CODENAME=zesty
UBUNTU_CODENAME=zesty
  • Ou encore
~$ pg /etc/lsb-release
DISTRIB_ID=Ubuntu
DISTRIB_RELEASE=17.04
DISTRIB_CODENAME=zesty
DISTRIB_DESCRIPTION="Ubuntu 17.04"
  • Pour connaître la version du noyau Linux, utiliser uname
~$ uname -a
Linux Athos 3.13.0-46-generic #79-Ubuntu SMP Tue Mar 10 20:06:50 UTC 2015 x86_64 x86_64 x86_64 GNU/Linux
~$ uname -mr  # option -m pour l'architecture processeur, -r pour le noyau
3.13.0-46-generic x86_64
  • Pour connaître les noyaux présents
dpkg -l | grep -Ei "linux-(g|h|i|lo|si|t)"
  • Pour connaître la version Ubuntu et le noyau utilisés, lancer:
~$ lsb_release -a;sudo dpkg --print-architecture
No LSB modules are available.
Distributor ID:	Ubuntu
Description:	Ubuntu Xenial Xerus (development branch)
Release:	16.04
Codename:	xenial
amd64
  • Pour avoir un ensemble des paramètres, lancer la commande screenfetch (à installer auparavant):

installation_ubuntu.txt · Dernière modification: 2017/11/27 13:31 par g.rnd@free.fr